Dessin mine - archives de l'artiste
Dessin mine - archives de l'artiste

PARCOURS PROFESSIONNEL
J'ai fait mes études en arts visuels à Québec à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, à l'époque où l'école des beaux-arts est devenue la faculté des Arts visuels de l'Université Laval. Après mes études, j'ai enseigné les arts plastiques au secondaire pour une brève période. N'ayant pas suffisamment la vocation pour l'enseignement ni les conditions favorables pour vivre de l'art pur, je me suis alors perfectionné en graphisme, ce qui m'aura permis de sécuriser les besoins d'une famille tout en faisant une carrière près de ma réalité, soit dans le métier des arts graphiques, de l'illustration et des communications. Il va sans dire que mon besoin de peindre ne m'a jamais quitté et comme notre réalité finit toujours par nous rattraper, j’ai donc pris la décision au printemps 2007 de suivre ma véritable voie ; la peinture.

Je vis pour peindre et je peins pour vivre

Depuis ce jour, je suis au travail de la peinture et du dessin avec ardeur et passion. Je donne des cours, des ateliers, des conférences et je fais régulièrement des expositions.

 

 

FAITS SAILLANTS :

1969-73: Beaux-arts – Arts visuels Université Laval, Québec

1974-75: Enseignement Arts plastiques niveau secondaire (Sherbrooke)
1976: Perfectionnement en design graphique (Collège de Sherbrooke)

1978: Graphiste, Illustrateur en agence de publicité, Sherbrooke
1980: Création du premier bureau en communication graphique (Sherbrooke)
Pierre Morin, président (communication, design graphique, illustration)
1994: Création du deuxième bureau en communication graphique (Montréal)
Pierre Morin, président (communication-marketing, design graphique, illustration, nouveaux médias,)
2007: Ouverture de l’atelier de peinture à Lachine
2009: Ouverture de l’atelier de peinture à Varennes
2007 à ce jour: Pratique professionnelle de la peinture et donne des cours de peinture privés et pour groupe.  
2012 à 2016 : Vice-présidence de l’Institut des arts figuratifs – IAF
2012- à ce jour : Membre de la Commission culturelle de Varennes
2016 à ce jour :  Président de l’Institut des arts figuratifs – IAF

La technique dans ma démarche (8 points essentiels)

Je suis un artiste de la tradition des beaux-arts dont la pratique est l’art figuratif.  

Je conçois l’acte de peindre comme un acte relationnel entre l’artiste et son tableau.  Cette relation doit répondre à toutes les conditions, exigences et maîtrises reliées à la meilleure exécution possible pour chacune de mes œuvres.

 

Dans mes travaux de peinture, le sujet ne fait pas l’œuvre, il est un prétexte. Le sujet doit être ce contenant qui peut héberger les composantes d’une structure étudiée, une construction équilibrée et qui obéit sans condition aux grandes règles de la composition. Je tiens la composition comme un attribut fondamental de la logique de l’œuvre (son esprit) et la couleur comme attribut fondamental des émotions (son âme). Les couleurs sont sous l'influence de leurs propres forces à générer la lumière, des sensations et de l’harmonie alors que le dessin matérialise les deux pour former (son corps). Le dessin doit donc toujours être exécuté avec rigueur car il est l’attribut qui ‘’relie’’, qui articule.

 

Les quatre éléments ci-hauts seront soutenus par une maîtrise technique en constante évolution. Chaque œuvre doit présenter une cohérence plastique bien affirmée, signe de contrôle et de maturité technique. Le rôle de la créativité dans mes œuvres ne se manifeste pas par une démonstration d’actes et de composantes farfelus, mais par ma capacité à trouver des solutions à l’harmonisation optimal des huit éléments que je considère comme étant essentiel à la réussite d’une œuvre. Ainsi, c’est l’atteinte de cette harmonisation qui engendre le huitième élément tant convoité par les artistes : le style et la personnalité qui rendent reconnaissable le créateur de l’œuvre sans sa signature.

 

Le caractère artistique dans ma démarche

« MON APPROCHE DE LA PEINTURE VISE D’ABORD À TÉMOIGNER DE LA BEAUTÉ DANS LA NATURE, DE LA PAIX ET DE L’HARMONIE QUI S’Y RETROUVENT. JE COMBINE AVEC MODESTIE ET RESPECT LA MAÎTRISE DE L’ART RÉALISTE À l’IMPRESSIONNISTE. »

D'aussi loin que je puisse me souvenir, j'ai toujours ressenti un plaisir intense à regarder, à observer, à sentir et finalement à voir vraiment ce que la lumière révèle, une sorte de transcendance de l'acte de regarder. C'est une expérience grisante et jouissante à la fois.  Tout passe par les yeux et ensuite s'amplifie en se transformant et en rebondissant sur les parois de l'âme. C'est là que se croisent pour moi '' les plaisirs de voir aux plaisirs de peindre ''.  Cette façon de prendre contact avec ce qui m'entoure est à la base même de ma démarche artistique, dans l'art figuratif. Je suis conscient que ce terrain a été et est encore passablement jardiné et même en sachant que je laboure très probablement au même endroit que certains du groupe des Sept, je reviens toujours sur ce terrain ! à la peinture figurative dans la tradition des beaux-arts. Je me positionne comme peintre réalisto-impressionniste, c’est-à-dire que je chevauche les deux manières à la fois. C’est simple, je ne suis ni l’un ni l’autre. Toutefois, la facture finale ne présente pas systématiquement les deux styles en importance proportionnel.  

La lumière est une autre composante à la base de ma démarche : chercher le rôle précis de la lumière propre à chaque sujet me procure des sensations intenses. Il n'y a rien de nouveau dans le fait de citer que la lumière est d'une importance capitale en art visuel. La lumière demeure la vie subtile qui coule dans l'oeuvre, comme l'énergie dans notre corps.  Le dessin, le sujet, la composition, le rythme, les couleurs, tous sont animés par la lumière. Peut-être est-ce aussi la découverte du rôle de la lumière dans ses aquarelles qui a poussé Henry Miller à dire cette phrase célèbre : ''peindre, c'est aimer à nouveau''. Miller avait saisi la fonction spirituelle de la lumière dans la peinture.

La nature la plus sauvage, la plus intacte et la plus canadienne possible est certainement la source d'inspiration la plus significative pour moi. Il faut savoir que la nature a très souvent été salutaire pour moi; certains se perdent dans la forêt, moi je m'y retrouve. Toutefois, je ne saurais me limiter aux paysages car la nature est partout: dans une ville, dans une pomme, dans des fleurs, dans un corps, bref, la nature est partout même dans un rêve; les surréalistes ont largement exploré la nature des choses sous cet angle. Il est très important pour moi que ce qui m'interpelle ne m'échappe pas et également que je puisse traduire cette inspiration en un acte de peindre. D’autre part, je ne supporte pas d'être captif dans un style qui dépend d'une tendance, de sujets répétés, de recettes opportunistes, de matériaux ou de textures quelconques ou de toutes autres particularités limitatives du genre. Disons que je dois avoir le choix de peindre la nature toute chose sans limite ; si un clou me fait vibrer, il deviendra un dessin ou une peinture.

Je poursuis continuellement cette magie que seule la peinture peut arriver à créer dans le monde visuel. Je crois qu'une oeuvre est véritablement habitée lorsqu'on perçoit que c'est elle qui nous regarde.

 

 

Pierre Morin - Tous droits réservés

Ce texte est la propriété intellectuelle de Pierre Morin. Toute utilisation ou diffusion de ce texte en partie ou en totalité est strictement défendu sans l’autorisation de son auteur.

Rédigé en septembre 2007

Actualisé en janvier 2018